LREM à Saint-Raphaël : une force positive et constructrice pour contrer le RN

Dans le cadre de la campagne des municipales, LREM a organisé une réunion politique à la salle Félix Martin. Sandrine Hacquard, candidate à la mairie de Saint-Raphaël y accueillait Brune Poirson, secrétaire d’état à la transition écologique et solidaire et Stanislas Guérini, délégué général LREM. Plusieurs députés et candidats LREM de la région Sud y furent également présents.

Près de 300 personnes ont pu assister à cette réunion. Deux tables rondes ont été organisées. La première, animée par Reynald Cadoret, référent du Var avait pour sujet les « fractures territoriales et leviers du vote FN/RN ». Elle a pu démontrer comment les candidats RN avançaient masqués en n’affichant pas leur étiquette. Et cela pour créer la confusion chez les électeurs et attirer sur des listes, bien souvent difficiles à remplir, des personnes qui ne partagent pas leurs valeurs. Ceci, de plus, en obtenant des soutiens de personnalités qui ne le feraient certainement pas si l’étiquette était bien affichée, comme c’est le cas dans plusieurs départements notamment les alpes maritimes. Valérie Gomez-Bassac, députée de la 6ème circonscription du Var, Françoise Dumas, députée de la 1ère circonscription du Gard, Alexandra Valetta-Ardisson, députée de la 4ème circonscription des Alpes-Maritimes et Adrien Morenas, député de la 3ème circonscription du Vaucluse ont pu y relater leur expérience du terrain.

Les clés du progressisme municipal

La seconde table ronde portait sur le « progressisme municipal » afin de répondre localement aux causes du vote FN/RN. Il s’agissait pour chacune des personnalités de détailler de manière factuelle ce qui permettait de retrouver une cohésion républicaine. Ceci par des solutions efficaces aux problèmes d’isolement, de mobilité de désunion, etc. Cette conférence animée par Benoît Gauvan, référent des Alpes de Haute Provence, accueillait Frédéric Tacchino candidat à Avignon, Vesselina Garello candidate à Saint-Maximin, Sylvie Brunet eurodéputée et colistière à Cassis, Olivier Luterzstejn, candidat à La Valette du Var, et Angélique Fernandes, cheffe de file à Fréjus. Ces tables rondes ont pu démontrer les méthodes utilisées par le RN pour isoler au lieu de rassembler. Isoler les villes, les campagnes, les gens pour créer de la peur ; la peur de l’autre, la peur de l’avenir. Tout cela alors qu’il faut retrouver le chemin de l’échange progressiste gagnant. Brune Poirson a illustré les choses simplement ; les campagnes nourrissent la ville qui elle-même assure à la campagne son développement et sa qualité de vie. Une réunion énergisante.

Date de la réunion : 1er février 2020

Laisser un commentaire