Développement durable pour votre St-Raph : penser globalement et agir localement.

Développement durable pour votre St-Raph : penser globalement et agir localement.

Le développement durable est un concept initié à Rio lors de la conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement de juin 1992. Conférence connue sous le nom de « sommet de la terre ».

Cette conférence sur le développement durable aboutit à un bon compromis. D’un côté les pays développés se soucient enfin de l’environnement. De l’autre, les pays en développement peuvent préserver leur amélioration sociale et économique. Différentes règles sont mises en place. L’accent est mis sur la gouvernance.  Il y a en réalité trois règles : une pour l’environnement, une pour le social, et une pour l’économie. Cependant, il y a une seule façon de les faire fonctionner c’est d’agir ensemble ! Ceci pour sauvegarder et améliorer notre environnement. Favoriser le progrès et la qualité des relations sociales. Avoir le souci des règles économiques pour ne pas alourdir, et même diminuer les dettes à la charge de nos jeunes générations.

Le développement durable pour Votre St-Raph

Ces règles faites à une conférence mondiale doivent, pour réussir, être déclinées localement. Elles peuvent très bien être appliquées à la gestion municipale de notre ville. Sandrine Hacquard, en nous donnant la parole, en fait la base de sa candidature à la mairie de Saint-Raphaël. C’est dans ce cadre que je vous propose ce texte. Critiquez, complétez, exprimez vos accords et vos désaccords, faites vivre et améliorer ce texte. Nos actions pour l’environnement, le social, et l’économie doivent être coordonnées dans une réflexion globale en utilisant cette grille d’analyse.

Des critiques constructives pour avancer autrement

Nos actions doivent prendre toutes les critiques constructives s’appuyant sur ce développement durable. Elles concernent tous les domaines où la municipalité a la compétence. Par exemple, la mairie a la charge de l’entretien des écoles primaires. Le personnel qui en est responsable devrait avec la commission scolaire proposer des produits d’entretien non dangereux pour la santé de nos enfants, et du personnel scolaire. Nos cours d’école ne doivent pas être désherbées avec des produits chimiques réputés pour leur nocivité. Il faut oser expérimenter dans certains domaines et ces expériences doivent être analysées pour être améliorées, généralisées et même éventuellement abandonnées.

Expérimenter pour innover… ou pas

Nous devons réfléchir ensemble et positivement à ces expériences. Nos enfants sont très souvent accompagnés à l’école par des véhicules automobiles particuliers. Cela crée des embouteillages et des émissions de gaz qui polluent l’atmosphère. Et si nous donnions les moyens d’expérimenter le pédibus ? C’est à dire l’organisation et l’aménagement des trajets domiciles écoles à pied.  Pour cette expérience, nous pourrions étudier et évaluer les moyens à mettre en œuvre, aménagement et sécurisation des trottoirs. De plus, faut-il du personnel dédié à l’accompagnement ? Cette mise en œuvre doit pour avoir une chance de réussir se faire en collaboration avec les parents, le personnel scolaire, et nos élus.

Un aménagement urbain mûrement réfléchi

Nous devons réfléchir sur l’aménagement urbain de notre ville. Faut-il continuer avec des zones spécialisées ? Ou bien faut-il réinventer la ville pour pouvoir résider, travailler, consommer, s’amuser et se soigner avec le minimum de déplacements automobiles ? Nous ne pouvons pas développer sans vous notre programme d’action municipale. Nous devons nous unir autour de Sandrine Hacquard, et, avec la gouvernance qu’elle nous propose, faire de Saint-Raphaël, votre Saint-Raph.

Le terme compétence souvent utilisé pour les missions dédiées aux conseils municipaux, sous l’autorité du maire, est ambigu. Beaucoup de citoyens pensent « compétences » en termes de bonnes capacités pour effectuer des actions. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. En fait il s’agit des domaines délégués par la république à l’autorités des maires.

Jean-Michel Tieffenbach

Laisser un commentaire